Événements du 1er décembre 2017

Défendre les droits des personnes vivant avec le virus de l’immunodéficience humaine (VIH/sida), telle sera la thématique phare de la Journée mondiale de Lutte contre le Sida, célébrée le 1er décembre. Plusieurs associations actives dans le domaine iront à la rencontre des citoyens afin de les sensibiliser à cette cause et de les encourager à porter le célèbre ruban rouge, symbole universel de solidarité avec les personnes séropositives.

“Alors que la recherche scientifique pour combattre le virus du sida a accompli des progrès considérables ces dernières années, les personnes vivant avec le VIH continuent à faire l’objet de rejet et de discriminations dans tous les domaines de la vie quotidienne, et ce en dépit des législations existantes”, regrette le directeur de la plate-forme Prévention Sida, Thierry Martin.

“Dans le domaine médical, par exemple, même si la majorité des patients sont contents de leur médecin, certains ont connu des refus de soins ou ressenti de la gêne de la part du personnel médical en raison de leur séropositivité. La crainte de la discrimination pousse également de nombreuses personnes séropositives à renoncer à un emploi, une activité de loisirs, une demande de prêt ou une relation affective”, illustre la Plate-forme de Prévention Sida dans un communiqué.

Afin d’aider les personnes séropositives à défendre leurs droits face à de telles discriminations, l’association a actualisé sa brochure “Connaître et faire valoir ses droits.” Celle-ci rassemble les lois existantes, ainsi que des contacts d’institutions pouvant aider les personnes vivant avec le VIH.

La plate-forme Prévention Sida entend également faire évoluer les mentalités. “Grâce à une charge virale indétectable (lorsque la quantité de virus présent dans le sang et les autres liquides corporels est très faible ndlr.), le risque de transmission du VIH d’une personne à une autre est nul, ce qui constitue un énorme progrès pour le quotidien des personnes vivant avec le VIH, mais aussi pour permettre une avancée des mentalités et réduire les cas de discrimination à l’encontre des personnes séropositives”, indique-t-elle. “Il ne faut plus avoir peur de vivre avec quelqu’un avec le VIH, mais il faut plutôt avoir peur de celles et ceux qui ne se savent pas contaminés”, ajoute Thierry Martin.

À l’occasion de la Journée mondiale de Lutte contre le Sida, la plate-forme lance par ailleurs le défi “16.000 hands up”. L’opération invite tout un chacun à manifester sa solidarité envers les 16.000 personnes séropositives sous traitement médical en Belgique, en levant ses mains. “C’est un geste simple, une main qui s’élève à la rencontre de l’autre, en signe d’empathie et de solidarité”, détaille un communiqué. Selon la plate-forme, manifester sa solidarité contribue à la lutte contre le sida car elle permet de lever les freins au dépistage et à l’accès au traitement, “en ce compris la peur du rejet et des discriminations.”

Des graffitis à la craie et la participation de Manneken-Pis

De son côté, l’association Sida’SOS sensibilisera en divers endroits de la capitale à l’aide de graffitis à la craie et de clean-tag, “une manière écologique et durable de transmettre des informations”. L’objectif de cette campagne est d’insister sur l’importance du dépistage précoce pour éviter la propagation de cette infection encore trop fréquente, explique l’association. C’est pourquoi ces tags inviteront les passants à se renseigner sur www.depistage.be, premier site interassociatif belge, qui rassemble une myriade d’informations en matière de dépistage.

Comme chaque année, le Manneken-Pis participera lui aussi à l’action en arborant son costume de préservatif durant la journée du 1er décembre. Des distributions de préservatifs et de rubans rouges seront également organisées en plusieurs endroits du pays.

L’association de lutte contre le sida exaequo rappellera pour sa part, par le biais d’une “photo de famille” géante de la communauté homosexuelle bruxelloise, que les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH) restent le groupe à risque le plus touché par l’épidémie au sein de la population. Exaequo exhorte dès lors les pouvoirs publics à prendre le problème à bras le corps. “Des outils existent pour stopper l’épidémie mais les moyens manquent pour une réponse à la hauteur de l’enjeu. (…) San Francisco a réduit le nombre de nouvelles infections de moitié en 4 ans. Londres, de 20% en 1 an. Dans les deux cas, l’effort a porté sur les HSH et c’est chez eux que la diminution a été la plus remarquable. À Bruxelles, ville où a lieu la majorité des transmissions en Belgique, les chiffres s’entêtent et stagnent”, déplore l’association dans un communiqué.

À l’échelle mondiale, ONUSIDA (UNAIDS en anglais), le programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida, met cette année ne lumière l’importance du droit à la santé et les défis auxquels sont confrontées les personnes séropositives en réclamant ce droit. “Le monde n’atteindra pas les objectifs de développement durable, et notamment l’objectif de mettre fin à l’épidémie de sida d’ici 2030, si les personnes ne parviennent pas à obtenir le droit à la santé”, observe-t-il.